Racisme systémique : la créature de Frankenstein se déboulonne elle-même

ALLEMAGNE – Alors que de plus en plus de statues ou monuments sont pris pour cible par des militants anti-racisme, la créature de Frankenstein a produit la surprise en annonçant se déboulonner elle-même. Constitué à 100 % de morceaux de cadavres d’hommes blancs issus d’un cimetière protestant, le monstre considère ne pas représenter la diversité et l’ouverture aux autres nécessaires à la société.

« J’aurais aimé que mon créateur aille aussi déterrer des femmes ou des hommes de couleur, dans des cimetières qui ne soient pas exclusivement chrétiens », a ainsi déclaré la créature. Pour exemple, elle a reconnu qu’elle aurait préféré disposer d’une jambe gauche de femme noire et d’un pénis d’homme asiatique. Pour sa défense, le professeur Frankenstein a fait savoir qu’il « a pris ce qu’il trouvait et que ça [lui] a déjà fait assez d’emmerdes comme ça ».

C’est dans une taverne bavaroise que le monstre a fait son annonce, avant de s’arracher le bras gauche sous les applaudissements de l’assistance. Néanmoins, la séance de déboulonnage a tourné court, la créature n’étant plus en mesure de s’arracher l’autre bras. « Ce ne serait pas arrivé si j’avais pu commencer par le bras droit, mais évidemment mon créateur m’a fait droitier, ce qui est là encore un signe de discrimination manifeste », a-t-elle estimé.

Ce contenu a été publié dans Étrangeries d'Ailleurs, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *