Une réponse à Quand la grève des transports pénalise les suicidaires

  1. Gonzague dit :

    Solidarité avec les suicidaires !
    S’il est évident que nous sommes toutes et tous nés pour mourir, il n’en demeure pas moins qu’empiéter sur le droit de choisir sa voie de chemin de fer et de trépasser à sa guise sur celle-ci est tout bonnement scandaleux et reflète bien l’esprit bobo-gaucho des socialo-communistes qui nous dirigent. Leurs basses et molles actions, au même titre que le laxisme dont ils font montre, ne sont pas sans rappeler les histoires les plus sombres de notre heure.
    Tout part à vau-l’eau, si même la mort nous fuit par l’entremise d’un service public qui se délabre sous le regard complice de la dictature gauchiste bienpensante, qu’auront nos enfants à raconter à leurs enfants quand la télé tombera en panne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *