La terre ne ment pas, le sol oui !

Jean-François Copé a annoncé que l’UMP allait proposer un « plan » pour réformer la politique d’immigration de la France, et cela naturellement dans le but de contrer la montée du Front National en ramenant dans le giron de la droite traditionnelle ses électeurs. Première proposition : en finir avec le droit du sol, en vigueur en France depuis 1791, à l’exception de ses quatre années vichystes qui manquent tant à messieurs Buisson, Peltier et compagnie.

Mais comme on peut s’en douter, l’escalade de l’UMP vers les cimes atteintes en leur temps par Déat ou Doriot ne va pas s’arrêter là. Il reste encore plusieurs mois avant les Municipales et l’UMP n’a pas dit son dernier mot. Voici donc, en exclusivité, les prochaines proposition de la « droite républicaine » en matière de gestion des flux migratoires dans notre beau pays.

Le droit du sol ne sera plus pris en compte pour l’attribution de la nationalité française. Tout bébé de couleur autre que rose devra se présenter à la Préfecture dans les deux jours suivant sa naissance, afin de présenter son livret de famille et le certificat de citoyenneté de ses géniteurs. L’individu devra se présenter de lui-même, ne pourra pas être représenté, et devra faire l’effort d’être compréhensible auprès des employés derrière les guichets. Même si ce ne sont que de sales fonctionnaires, ils n’ont tout de même pas que ça à faire !

Tout demandeur d’asile devra prouver que le pays dont il provient représente effectivement un danger pour sa sécurité. A cet effet, le demandeur d’asile devra retourner vivre un an dans son pays d’origine. Si rien ne lui arrive, preuve sera faite qu’il n’a rien à craindre. S’il se fait tuer, le statut de demandeur d’asile lui sera accordé.

Interdiction pour les étrangers présents sur le territoire français de scolariser leurs enfants si ceux-ci ne parlent pas français, ne savent pas lire Proust dans le texte, ignorent qui est le Président de la République Française (François Hollande) et qui DEVRAIT être le Président de la République Française (Jean-François Copé).

Tout étranger présent sur le territoire français devra travailler pour démontrer sa bonne volonté et ne pas vivre des allocations ou d’autres prestations publiques. Il devra s’assurer de pratiquer un travail dont aucun Français n’aurait voulu, devra le faire bien pour ne pas apparaître comme un tire-au-flanc, mais pas aussi bien que l’aurait fait un Français pour ne pas vexer notre sensibilité nationale.

Tout étranger de couleur noire devra essayer (en faisant des EFFORTS) de devenir blanc pour démontrer sa volonté de s’intégrer. S’il n’y arrive pas, il devra au moins prendre des cours d’accordéon et apprendre par cœur les noms et les localisations géographiques des trois cents fromages de France.

Toute personne désirant acquérir la nationalité française devra signer un document stipulant qu’il reconnaît les effets bénéfiques de la colonisation, et qu’il renie totalement l’héritage néfaste de mai 68.

Toute personne désirant acquérir la nationalité française devra s’écrier, devant témoin, et au moins à trois reprises, « je t’aime Jean-François ! ». « Je t’aime Marine ! » ou « va te faire foutre, Fillon ! » seront également acceptés.

Afin de faire la démonstration de sa volonté d’intégration, tout musulman devra démontrer qu’il n’est pas un dangereux fanatique extrémiste en s’engageant par écrit à voter UMP à chaque élection durant les quinze ans suivant l’obtention de la nationalité française. Tout musulman surpris à voter à gauche sera signalé à la NSA.

Les Roms, et plus généralement les étrangers provenant d’un pays de l’Est où l’on trouve encore des vampires, ne viennent dans notre beau pays que pour voler nos grille-pains et seront reconduits à la frontière sans discussion préalable. Si leurs enfants se trouvent à ce moment dans un bus scolaire, les passagers du bus ainsi que son chauffeur seront également reconduits à la frontière. Si le directeur droit-de-l’hommiste de l’école proteste, une page Facebook sera créée pour que les gens puissent l’insulter.

Toute personne ayant obtenu la nationalité française se verra déchue de celle-ci s’il commet un délit, traverse en dehors des clous, dit tout haut du mal d’un responsable de droite ou d’extrême-droite, se trompe dans les paroles de la Marseillaise ou n’achète pas un numéro du Figaro ou de Valeurs Actuelles au moins une fois par an. Et ceux qui gueulent plus fort que les autres se verront accorder la nationalité haïtienne. Ça leur fera les pieds.

Nul doute que ces propositions raviront les fanatiques du Front National qui ne manqueront pas de continuer à voter pour leur parti préféré, puisque l’UMP légitime chaque jour un peu plus son idéologie nauséabonde. Nul doute aussi que ce qui fut autrefois un parti gaulliste ira encore plus loin dans la réaction pour mieux complaire à des électeurs haineux. Ainsi que l’a dit son président frauduleusement élu : « la politique d’immigration actuelle est encore celle du XXème siècle ! »

Il a raison, c’est un scandale. Ensemble, avec Copé et l’UMP, exigeons le rétablissement du moyen-âge !

Publié à l’origine sur le blog nevertrust.over-blog.com

Ce contenu a été publié dans Popolitique, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *